Manu : A French Frog in Japan

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 30 mai 2005

Il pleut sur la France aujourd'hui

Vendredi, je prédisais une mauvaise météo lundi si le NON passait dimanche, je ne me suis pas trompé... Il pleut à Toulouse, le froid est revenu, tout est gris. Et nous risquons de souffrir de ce mauvais temps longtemps.


(photo de nate steiner)

Comme le dit Laurent de Embruns :
Félicitations. Vous voilà comme un sale gosse qui a cassé son nouveau jouet sous prétexte que ce n’était pas exactement celui de ses rêves, et qui se retrouve sans rien.

jeudi 26 mai 2005

Le OUI selon Coluche

Cela n'est pas très pédagogique, et ne fera pas changer d'avis les nonistes, mais allons-y :

Vous voulez savoir ce que je pense des cons qui vont voter NON dimanche ? Ah, ben la réponse est contenue dans la question...

Voilà, c'est dit !

mardi 24 mai 2005

Vider un poulet pour la première fois

A lire et regarder : Miam a écrit un long billet sur l'expérience (unique) de vider un poulet "nature". Les textes et les photos sont... beaux (quoiqu'on en dise) !

La question que je me pose est : comment a-t-elle fait pour prendre toutes ces photos avec des gants chirugicaux tout sales ? Elle les a enlevés à chaque photo ? Mystère...

Découvert chez Embruns...

vendredi 20 mai 2005

GeekCorps : appel au Geeks francophones !

Je profite de tous les visiteurs venant de chez Embruns (eh, oui, moi aussi j'ai été embrumisé) et France-Japon pour lancer un petit appel...

Vous êtes Geek avec de solides compétences techniques, vous voulez donner quelques mois de votre temps à un organisme à but non-lucratif tout en vous éclatant, bref, vous vous sentez l'âme d'un Medecin Sans Frontières version NTIC, alors GeekCorps est fait pour vous !

Lire la suite

mercredi 18 mai 2005

Je vous ai menti

Je m'excuse.

Je vous ai menti sur mon identité.

Je me suis fait passer pour Emmanuel Prouvèze, Directeur Commercial et co-fondateur d'Idylic, marié (à une marocaine, Amal), deux enfants (Kenzo et Jad), ayant vécu 10 ans au Japon, 5 ans au Maroc, 3 ans en Espagne, de mère anglaise et de père français, titulaire d'une maîtrise en commerce international et d'une autre maîtrise en langue japonaise, pratiquant l'Aïkido, mordu de nouvelles technologies depuis... oouh !

Et bien pas du tout. Tout ceci n'était que pur mensonge. Avouez que vous y avez cru.

Lire la suite

mardi 17 mai 2005

Pourquoi j'ai appelé mon fils Kenzo

Je reprends et je développe ici un extrait du commentaire que j'ai laissé sur Comme ça du Japon :
Salut Kenji, étant français (et ma femme marocaine), et ayant appelé notre premier fils Kenzo (賢蔵), je suis curieux de connaître la raison pour laquelle tes parents t'ont donné un prénom japonais... En ce qui nous concerne, ayant passé 10 ans au Japon et pratiquant l'Aïkido depuis 1978, je voulais lui donner un peu de l'ouverture au monde (l'international) que m'ont transmis mes propres parents, afin qu'il porte à travers son prénom les graines de la curiosité et de la tolérance envers les autres...
Bien sûr, un prénom ne "forme" pas une personne (c'est le rôle de l'éducation), mais je pense que le fait de porter un prénom différent peut influencer mon fils, non pas de manière intrinsèque, mais au travers du regard que lui porteront les gens. Je pense qu'un jour (il est trop jeune pour l'instant, il a 5 ans et demi) il sera fier de porter un prénom japonais, un prénom qui le place d'emblée en tant que citoyen du monde (je sais, l'expression est un peu éculée), loin des considérations nationalistes étriquées.

Nous lui avons donné ce prénom, nous lui donnons une éducation en phase avec cela, après, à lui d'en faire ce qu'il voudra !

(Et il en est de même avec notre deuxième fils, que nous avons prénommé Jad, un prénom marocain)

dimanche 15 mai 2005

Cultiver le juste à temps

Je fais partie de ceux qui attendent le dernier moment pour faire les choses. Une dead-line ? Vous pouvez être sûr que j'attendrai la dernière heure pour m'en occuper. Oh, il n'y a pas de quoi se réjouir. Ce n'est pas toujours très malin.

Tenez, aujourd'hui, c'est le dernier jour pour faire sa déclaration d'impôts sur internet. Il y a eu à plusieurs reports de date limite, et là, je crois que c'est vraiment le dernier jour. Nous avons jusqu'à aujourd'hui minuit, après, la menace des 10% de pénalités fatidiques va s'abattre sur nous implacablement.

Pour une fois, j'avais pris les devants et préparé toute ma déclaration en avance (c'est ma troisième déclaration d'impôt sur internet, j'ai l'habitude maintenant). Sauf que je ne l'avais pas validée. Elle est donc là, prête, je n'ai plus qu'à cliquer sur quelques boutons et le tour sera joué.

Oui, sauf que quand je me suis connecté sur le site du Ministère des Finances, j'ai eu droit à ceci (cliquer pour agrandir) :


:-)

Je réessaierai plus tard !

Et vous, vous avez déclaré vos impôts sur internet comme les 3 ou 4 autres millions de français ?

jeudi 12 mai 2005

Addiction aux blogs : c'est tout bon !

Christophe Ginisty réussit à tourner la question des accros aux blogs en faveur de ceux-ci... Je suis soulagé, je croyais être malade...

"On devient accro du blog parce que c'est agréable d'écrire, parce que c'est agréable de s'exprimer en liberté, fut-il sur des sujets super sérieux ou personnels, parce que c'est agréable de recevoir l'affection de quelques commentaires anonymes, parce que c'est agréable de voir que l'on est apprécié pour ce que l'on pense, parce que c'est agréable de se faire des nouveaux potes, parce que c'est agréable de découvrir avec gourmandise des talents nouveaux, parce que c'est agréable de faire du web quelque chose de plus vivant et interactif qu'un simple canal de transmission unilatéral de données sans âme, parce que c'est agréable de pouvoir enfin exprimer des choses que l'on avait longtemps gardé sur le coeur, parce que c'est agréable de ferrailler intelligemment avec des gens qui ne sont pas d'accord avec vous, parce que c'est agréable de voir que l'homme a une fabuleuse richesse créative lorsqu'il s'empare d'un média comme celui-ci, parce que c'est agréable d'être apprécié au-delà des codes sociaux ou raciaux, parce que c'est agréable d'interagir avec un public, parce que c'est agréable de faire des choses sans importance. Tout simplement."